«

»

Six esquisses parisiennes

Un exemplaire daté du 27 décembre 1927 est dédicacé à une demoiselle Devoyot.

Six mélodies qui chantent Paris sur les vers d’une comtesse de Curial.

  1. Paris d’avril : c’est le « printemps enjôleur… Laissez-vous enjôler, midinettes agiles ».
  2. Grisailles : « C’est un coin de Paris, vieillot, il en existe… un coin tout triste ».
  3. mariez-vous : « Quand on est coquette, / en courant la ville, / il est facile / de perdre un baiser ».
  4.  Cimetière de Paris : « …s’endort le cimetière forçant ces agités à rester bien tranquilles ».
  5. L’heure du thé : « Comme on est bien tous deux près du feu qui pétille ».
  6. Vampire : « L’erreur amère… de ne pouvoir durer, d’être enterré trop tôt ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>