«

»

Hymne à la très chère

op. 13, 1932.

Sur la célèbre poésie de Baudelaire : « A la très chère, à la très belle qui remplit mon coeur de clarté« .

En 12/8 et en mode lydien, pleine d’allant, sans l’ombre d’une ombre, c’est une très directe déclaration d’amour. « Dans mon âme inassouvie (elle) verse le goût de l’immortalité ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>