René Alix

 

René Alix (1907-1966) étudia l’orgue auprès de Marcel Lanquetuit à Rouen, puis à Paris auprès de Louis Vierne, auprès de G.Caussade pour l’harmonie, le contrepoint et la fugue et auprès d’Albert Bertelin pour la composition. Organiste de Notre-Dame de Sotteville-les-Rouen dès l’âge de 11 ans, Il est titulaire de l’orgue de Saint-Michel du Havre de 1928 à 1939. Dès son arrivée à Paris, il devient suppléant de L.de Saint-Martin à Notre-Dame de Paris. Successeur de Henri de Chantérac à l’orgue de Saint-Bernard de la Chapelle, il en restera titulaire  jusqu’à sa mort. En 1945, Il prend  la direction des chœurs de l’ORTF (Office de la Radio-Télévision française) qu’il conservera jusqu’à sa mort. Professeur de contrepoint et de fugue à l’école César Franck en 1949, il en devient directeur en 1954. En 1961, Olivier Alain lui succèdera.

Compositeur prolixe, il a écrit diverses œuvres pour orgue et piano, deux concertos pour piano et orchestre, des mélodies, des poèmes symphoniques, une Messe pour soli, chœur et orchestre et une Messe matutinale a capella, un oratorio « Les très saintes heures de Jeanne d’Arc », et un opéra comique « Yolande ».

Il est l’auteur d’une remarquée « Grammaire Musicale » préfacée par Roger-Ducasse et éditée en 1953 chez Durand.

Il créa deux œuvres de Georges Migot : à l’abbaye de Royaumont, en 1948, l’oratorio « Saint-Germain d’Auxerre, et, en 1957, avec l’Orchestre National, l’oratorio « La Passion ».

 

Photo possible par MCS

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.