«

»

Berceuse de Noël

op.25, décembre 1939.

La Berceuse, dédiée à une petite fille, dit avec attendrissement l’étonnement d’une enfant devant Noël. Un dialogue entre cornet et cromorne symbolise les douces et confiantes interrogations de l’enfant prête à s’endormir bercée d’un lointain « dodo l’enfant do », auquel répondent sermonneusement d’insistantes invitations au calme : il faut trouver le sommeil et s’endormir dans la paix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>