«

»

Paraphrase du Psaume 136

Super flumina Bop.15. 1932.

L’exil du peuple juif à Babylone après la prise de Jérusalem par Nabuchodonosor en -587 constitue pour Israël une épreuve spirituelle majeure.

Cette catastrophe nationale inspira le psaume 136 (137) : « Au bord de fleuves de Babylone, nous étions assis et nous pleurions, nous souvenant de Sion… ».

La Paraphrase traduit toute l’émotion du texte en quatre mouvements :

  • Tristesse des hébreux captifs de Babylone
  • Lamentation au souvenir de Jérusalem
  • Babylone la superbe
  • Les hébreux maudissent leurs vainqueurs

Une construction rigoureuse, des procédés de composition traditionnels, mais très efficaces, la pertinence de thèmes dont la signification est immédiatement accessible, soutiennent cette large évocation sonore, organiquement liée à l’esprit du texte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>