Adieu à Kenneth Starr et Michel Chapuis

Notre ami, notre très fidèle adhérent, Kenneth Starr, organiste et maître de chapelle de l’église Saint Patrick de Boston, est décédé le 7 novembre 2017.

Jeune organiste en 1967, âgé de 18 ans, le hasard de sa curiosité lui fit découvrir dans une librairie musicale une partition du Cantique Spirituel de Léonce de Saint-Martin. Il nous fit part quelques années plus tard de l’émotion qui fut la sienne devant la beauté et la profondeur de cette oeuvre inspirée de Saint Jean de la Croix.

Le 4 octobre 1970, Louis Poulin, membre de notre bureau à l’époque, profita d’un déplacement professionnel aux USA, pour le rencontrer et lui faire connaître notre association. Il nous fit part dès son retour de l’amitié qui le liait désormais avec cet organiste francophone, passionné par la musique d’orgue française, celle prioritairement de Vierne, Dupré, Duruflé, Tournemire, Fleury, Demessieux, Reuchsel, Cochereau, Fauchard. Le nom de L.de Saint-Martin allait bientôt enrichir cette liste avec, inscrite au répertoire, la presque totalité des œuvres.

Un jeu Cavaillé-Coll, écrivit-il un jour, est plus valable et plus chantant que dix jeux d’autres facteurs. Les sonorités des grands Cavaillé-Coll sont capables de toucher l’âme.

Le 1er mai 1974, pour le vingtième anniversaire de la mort de Saint-Martin, il fit chanter et radiodiffuser la Messe en mi pour 4 voix mixtes et deux orgues, sous le patronage de l’American Guild of organists.

En 1977, nous eûmes la joie de le rencontrer à Paris où il donna à Notre-Dame le 12 juin un programme Vierne, Faxon, Saint-Martin (Cantique Spirituel, Aria, In Memoriam, paraphrase de l’hymne national).

Puis quelques années de silence jusqu’à ce qu’une lettre du 17 octobre 1983 nous informe que de longs traitements lui laissaient l’espoir de vaincre les sept tumeurs dont deux très dangereuses dont il avait été atteint  deux ans auparavant. Il pouvait reprendre ses activités. Je veux vous signaler l’émotion qui m’est venue à l’heure où je travaillais la « Stèle pour un artiste défunt » à la mémoire de Louis Vierne, de notre ami Léonce de Saint-Martin.

22 juin 1987, Malgré mon silence, je ne vous oublie jamais. Je reste dans les mains de mes docteurs et la guérison se poursuit.

En juillet 1997, de retour d’un passage à Paris, il nous fait part du souvenir mémorable qu’il garde du délicieux déjeuner chez notre président d’alors, Pierre Baculard, hélas décédé. En 1999-2000, il évoque le projet d’une intégrale des œuvres de Saint-Martin à Saint-Ouen de Rouen.

En juin 2002, récital à Notre-Dame de Paris. Au programme Cochereau, Saint-Martin (Stèle pour un artiste défunt), Jongen. Le 13 juillet 2003, Saint-Sulpice à l’invitation de Daniel Roth avec, de Saint-Martin, la Pastorale, l’Aria et l’In Memoriam. Le 12 juin 2005, Notre-Dame de Paris avec l’Aria, Stèle pour un artiste défunt, In Memoriam.

Au fil des années, des échanges épistolaires et téléphoniques, puis par courriels. Le jour même de l’attentat du 13 novembre 2015, il nous envoie un message pour nous dire qu’à la mémoire de toutes les victimes et pour la France, il jouera le dimanche suivant l’In Memoriam en sortie de la messe.Le 16 août dernier, un courriel:…J’ai commandé à la Bibliothèque national français la photocopie de tous les œuvres non éditée chez Combre de Léonce de Saint-Martin… Pas un mot sur sa santé, et brutalement, il y a quelques jours, ce message de Caroline Shuster-Fournier : Kenneth Starr décédé le 7 novembre d’un cancer du pancréas.

Cher Ken, nous garderons jusqu’au bout ton souvenir, ta gaieté et tes sourires au milieu de tes longues années de souffrances et de luttes contre la maladieJe suis attiré toujours par la joie, nous avais-tu écrit un jour; ton sens profond du service liturgique dans ta paroisse; ton incroyable générosité par tes commandes de compositions  auprès des organistes que tu aimais, une symphonie d’André Fleury, l’Evocation de Louis Vierne aux grandes orgues de Notre-Dame de Paris et deux autres œuvres d’Eugène Reuchsel, d’autres commandes encore, et tes généreuses cotisations pour notre association; ton amour de notre pays, et l’amour que tu portais avec passion et tout ton talent, aux grands organistes français, et tout particulièrement à notre cher Léonce.

Nous n’étions pas encore informés du décès de Kenneth Starr que nous apprenions, avec le monde entier peut-on dire, le décès de Michel Chapuis le 12 novembre. Il avait eu la délicatesse en 1974 de dédier à la mémoire de L. de Saint-Martin le récital donné à Mazamet dans le cadre du festival Bach. Mais surtout, ayant eu l’occasion de le saluer au stand de la FFAO au cours d’un Musicora, il nous avait confirmé sans hésitation ce qu’il avait écrit dans un article sur Pierre Cochereau paru dans le numéro de mars 1999 de la revue « Diapason »:C’était une grande époque pour l’orgue français. Marcel Dupré était à Saint-Sulpice, Léonce de Saint-Martin à Notre-Dame, Olivier Messiaen à la Trinité.

La justesse de ses jugements était unanimement reconnue….

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.