Category: Ses oeuvres

Postlude de fête

op.21, septembre 1938. Après une préparation de tonalité incertaine, l’intonation du Te Deum grégorien ton simple, très large, se fait entendre à la pédale. Toute la suite est construite sur des combinaisons des trois premières incises de cette hymne, clairement exprimées ou bien dissimulées dans des traits secondaires, mais présentes dans chaque mesure. Cette forte …

Continue reading

Offertoire sur deux Noëls

op. 19, novembre 1937. Cet offertoire s’inspire d’un noël poitevin du XVe siècle « Au saint nau chanterai« . Il est intéressant de voir comment Saint-Martin en a travaillé le rythme et les dessins mélodiques d’origine pour en extraire les potentialités. Merveilleuses et solides mélodies anciennes. La pièce est construite en forme d’Allegro de sonate. A cette …

Continue reading

Venite exultemus

op.9, mars 1931 Marche pontificale pour orgue, trois trompettes et trois trombones. Il existe une réduction pour orgue seul. Nous ignorons les circonstances qui ont conduit à la composition de cette oeuvre quelque peu déclamatoire, mais qui rappelle bien l’ambiance des pompes liturgiques des grandes cérémonies de l’époque. Par-delà les modes, cela sonne !

Pastorale

op.35, mars 1942 Cette Pastorale est toute de paix sereine. La subtile combinaison de plusieurs éléments en fait le charme : outre les timbres, une ambiguïté modale qu’éclairent à deux reprises des tonalités s’éteignant dans l’indétermination, le balancement rythmique produit dans le 3/4 par le jeu des noires et des doubles croches, les contrepoint d’imitations en …

Continue reading

Passacaille

op.28, janvier 1940 Partant d’un sombre sol mineur, les seize variations imposent progressivement les tonalités majeures et finissent par tout éclairer, jusqu’au triomphal sol majeur final. En ce janvier 1940, Saint-Martin ne pouvait ne pas penser à tous ses concitoyens englués dans la guerre, espérant que le temps verrait la joie d’une paix victorieuse.

Berceuse de Noël

op.25, décembre 1939. La Berceuse, dédiée à une petite fille, dit avec attendrissement l’étonnement d’une enfant devant Noël. Un dialogue entre cornet et cromorne symbolise les douces et confiantes interrogations de l’enfant prête à s’endormir bercée d’un lointain « dodo l’enfant do », auquel répondent sermonneusement d’insistantes invitations au calme : il faut trouver le sommeil et s’endormir …

Continue reading

Scherzo de concert

op.18, septembre 1930 Pièce de pure virtuosité dédiée à l’organiste prodige Renée Nizan (17 ans en 1930). Dans un imperturbable 6/8, le thème principal revient six fois, chaque réexposition apportant des nuances rythmiques et harmoniques, tandis que s’intercale à deux reprises la clarté fugitive des tonalités majeures d’un thème secondaire.

Suite cyclique

op.11. 1930. Le Prélude en la mineur s’ébranle comme une lente procession. Comme le veut la forme cyclique, le thème de ce prélude alimente les trois mouvements suivants. ous différentes formes, il inspirera de nombreuses œuvres ultérieures. Il s’inscrit ici dans une simple quinte. Mais de la dominante, que par nature, cet intervalle appelle, on …

Continue reading

Six pièces brèves

mars-avril 1926 Dans un geste de délicate déférence, chacune de ces six pièces pour harmonium ou orgue avec pédale ad libitum, est dédiée à l’un des organistes réputés de ces années, et plus particulièrement aux deux organistes auxquels Saint-Martin était le plus redevable, Vierne en tête, dédicataire du Prélude et symétriquement, Adolphe Marty, dédicataire du …

Continue reading

Stèle pour un artiste défunt

op. 20. Mars-avril 1938. Interprétée la première fois le dimanche 29 mai 1938, en commémoration du premier anniversaire de la mort de Vierne. Sur les mains de son maître retirées des claviers depuis le dernier accord de sa stèle pour un enfant défunt, il posait affectueusement les siennes.